Les seigneurs de Nozay (3) (1175-1751)

Chronique du vieux Marcoussy___________________________________________ Septembre 2011

Extrait du plan terrier de Nozay.

JP. Dagnot

 

 

 

Cette chronique est consacrée aux seigneurs de Nozay. Rappelons deux chroniques données par Christian Julien, la première, les antiquités de Nozay où l'état des lieux est fait en 828, la seconde, Ansold et Rotrude, dans laquelle cette famille possède parmi ses nombreux biens en région parisienne, Nozay et Marcoussis. Nozay est constitué par un ensemble de fiefs, la seigneurie ne représente que peu de terres et consiste surtout en droitures. Comme à l'accoutumée seront abordés les premiers documents provenant d'établissements religieux. Jusqu'à la Révolution, la Ville-du-Bois est considérée comme une annexe de Nozay et sera incluse dans ce récit.

 

 

Le patronyme Norei, Nuerei, Noroy

Signalons en 1175, la confirmation faite par Maurice, évêque de Paris, d'une donation faite par Adeline de Nuerei à l'hopital de Jérusalem d'une dixme de Sarclay. À cette époque le lieu se nomme souvent Norei .

Rappelons en 1246, dans la vente de terre aux Templiers faite par Herbert Lemaistre, magister de Montlhéry, les tenanciers des censives:
- Anselm de Noroy,
- Pierre Mallart,
- Barthomé de Longo milicis.

En 1273, des lettres de Huet de Villiers, chevalier, accordent au titulaire de la chapellenie de Michel Gautere, le droit de tenir en mainmorte 2 arpents de terre que feu Michel Gautere, bourjois de Motlhéry, tenait du donateur, et qui était situé " es vaus de Nourei de lez fourches de Montlhéry." Ce document montre que les fourches patibulaires de Montlhéry existaient déjà sur la route qui monte du pont des Belles Dames à Nozay.

Citons également sous Philippe Auguste, Odeline de Nucerio pour un fief à Boissy.

 

 

Les seigneurs de Nozay au XIVe siècle

Sans avoir de certitude sur sa qualité, Pierre de la Neufville assume la garde de la prévosté de Montlhéry en 1347. Egalement en 1362. Il est probable que dans cette famille le prénom Pierre se transmet de génération en génération.

C'est toujours dans les documents classiques que l'on trouve les informations. En 1367, l'aveu de Guillaume Despréaux, seigneur de Marcoussis mentionne en arrières-fiefs:
- ung fief que tient messire Pierre de la Neuveville chevalier appelé Nouroy , auquel il y a haute moyenne et basse justice,et plusieurs cens, rentes, droitures & boys qui fut jadis feu Henriet de Repenty,
- item ung autre en ladite ville de Nouroy qui fut feu monseigneur Regnault de Fresnes,
- item ung autre appelé le Mesnil frogier, que tient Jehan fils de feu Jehan Courtiller,
- item ung autre assis à Vilhiers sur Nouroy que tient Oudinet de Sens,
- item ung autre que tient messire Jehan de Ver, à Villiers sur Noroy.

En 1376, Pierre de la Neufville, chevalier, seigneur de Noroy et de Peucy tient et advoue tenir de noble seigneur et puissant Monsieur de Chevreuse, conseiller du roy nostre sire à cause de son chastel de Chevreuse à une seulle foy et homage les rentes et possessions lesquelles je tiens à cause de ladite dame que j'ay espousé, au terroir de Peucy assises en la ville de Chevreuse...

Toujours dans son aveu de 1386, sachent que Jehan de la Neuveville, escuier, seigneur de Noroy , confesse et advoue à tenir en fief du seigneur de Marcoussis à cause de son chastel ou forte maison,dudit lieu de Marcoussis, ... homage les choses qui ensuivent, c'est à savoir une masure avecques jardin en laquelle y a une granche tenant au moustier de ladite ville de Noroy, item 48 arpents en deux pièces tenant à la granche, item 15 arpents de bois appelés boys du Coudray, item 28 livres de cens..., item les forages & rouages dudit Noroy et la Ville du Bois, item justice moyenne & basse...

Egalement dans l'aveu temporaire rendu par Jehanne Pisdoe, femme de feu Bernard de Monthléry, citons en arrière-fief:
- un fief que tient Jean de la Neufville à 4 fois et 4 hommages contenant les villes de Nozay et Ville du Bois avec la haute justice moyenne et basse et les forfaitures profits et émoluments qui en dépendent desdits Nozai ville du bois,
- deux arrières fiefs tenus de lui à cause de sa maison de Noroy qui sont René Menet & Adam de Marne,
- item un fief que tient Jehan le Courtillier, contenant un hostel cour colombier appelé le Mesnil Frogier, avec les jardins, 100 arpens de terres arables et deux de prés,
- item un fief que tient Guiot de Forges à Villiers sous Noroy,
- item un fief que tient la dame de Bec? & Guillaume Bouyant escuie
r, contenant certain quantité de terre et menus cens & rentes assis audit lieu de Villiers.

Bernard de Montlhéry étant décédé avec des dettes importantes envers le roi, Guillaume Pisdoë et sa soeur Jehanne renoncent publiquement en l'église de la Trinité de Montlhéry aux biens que détenait le trésorier en Dauphiné.

 

 

Nozay à Jehan de Montagu

Citons en 1400, l'achat fait par Jehan de Montagu seigneur de Marcoussis, à Jehan Briant & Gillet Deschanvilliers escuiers, d'un fief qu'ils avoient à Villiers sur Noroy auquel appartient ce qui ensuit: 12 sols parisis avec quatre fiefs tenus dudit fief que tiennent les personnes quy ensuivent Guillaume le saige pour Guiot Deforges et sa tante avec les masures .... la vente faite à la vente moyennant trente francs payés par Estienne Delacroix .

En 1404, par devant Jean Closier & Oudart Bataille notaires au chatelet, l'achat par le vidame de Laonnois par eschange, de la terre & seigneurie & justice haute moyenne & basse de Noroy avec ses dépendances par l'acquisition qu'il en a faite de noble homme Guillaume de Jencourt dit Sauvage, escuier, premier pannetier du roy, et de demoiselle Marie la Galoise sa femme . Sans en avoir retrouvé la trace, la seigneurie de Nozay est passée des Neufville aux Gencourt. Les ravages n'ont pas encore eu lieu, la seigneurie se compose d'une masure, de droits et quelques terres et bois décrits en 1386.

En 1405, René Manet, escuier, bourgeois de Paris, lequel advoue à tenir en une foy & homage à noble homme Jehan de Montagu, à cause de sa seigneurie de Marcoussis, c'est assavoir:
- 14 livres de cens portant ventes saisines & amendes que ledit Manet à droit de prendre,
- six droitures, à Villiers et terroir de Noroy et la Ville du Bois.

 

 

Nozay au duc de Bavière

Suite à l'exécution et à la saisie des biens de Jehan de Montagu, le frère de la reine Isabeau de Bavière devient seigneur de Nozay. Notons les hommages de ses vassaux:
- du mesnil Fruger par Jehan le Courtillier chanoine & bourgeois,
-
dito Renier Manet, espicier, bourgeois, 14 livres de cens,
- Thomas Desforges à Villiers sous Nozay, une mazure et jardin,
- Rolon, veufve Guillaume le saige demeurant à Villier
s pour une maison, cour, grange & jardin...

En 1412, le procureur de Loys de Bavière, comte palatin, seigneur de Marcoussis, vend à Gillot Bertas demeurant à Ballainvilliers la dépouille de 50 arpens de boys à prendre parmi les plus âgés d'une pièce en contenant 130.

À la fin du XVe siècle, notons un intitulé : aveu de Nozay, sans autre indication. on peut penser que Loys de Graville résume les biens que nous retrouverons décrits dans sa succession.

 

 

Nozay sous Jehanne de Graville et René d'Illiers

En 1517, les commissaires chargés de la succession de Loys de Graville nomment des gardes pour les boys de Folleville, la Ville-du-Bois & Nozay, Villejust ... L'année suivante, Jehanne de Graville se voit attribuer les seigneuries de Marcoussis et Nozay. Cette dernière consiste en:
- une maison, cour, grange, bergerie, jardin contenant 2 arpens 65 perches,
- 18 arpens près de ladite maison aboutissant au chemin de Nozay à la Grange aux Moines,
- 17 arpens joignant la pièce ci-dessus, .....
montant les dites terres à 106 arpens. Notons également la ferme de la Saussaye avec 101 arpents, la ferme de Villiers avec 100 arpents, et 115 arpens de bois au dessus de la Ville-du-Bois et environ, en trois pièces. Les cens produisant 56 livres, avec les droits de la ferme des exploits, du greffe, du clergé, du geôlage, du forage, du rouage, de la voirie, et les lods et ventes et le droit d'aubaine. Selon Pijart, cette seigneurie rapportait un revenu de 275 lt et aurait été prisé 10.240 livres dans la succession.

Dès son mariage avec Jehanne de Graville, René d'Illiers s'empresse de prêter serment de fidélité au roy en portant la foy et hommage des biens de son épouse, notons pour cette chronique la terre et seigneurie de Nozay, la Ville-du-Boys.

En 1527, René d'Illiers devenu seigneur de Marcoussis et aussi de Nouzai d'une part, et Vincent Lefèvre marchand de Montlhéry d'autre part, ledit messire René d'Illiers avoit baillé cédé à tiltre de cens portant vente, 60 arpens en quatre pièces, lui appartenant par son traité de mariage avec Jehanne de Graville, appelés les boys de la Ville-du-Boys... Ceste présente cession faicte moiennant un prix de deulx deniers de cens pour arpent et oultre moiennant le prix et somme de 600 livres tournois... Cette vente est un exemple de la dilapidation des biens de son épouse. La même famille acquit également la ferme de Troux du même René d'Illiers.

 

 

Nozay sous Guillaume et Thomas de Balsac

Jehanne de Graville décède. Deux successions sont en cours, celle de Jehanne de Graville ainsi que celle de Pierre de Balsac et Anne de Graville. Notons la règle, en ligne collatérale, les masles excluent les femelles...

 

 

Dès 1541, la succession de Jehanne toujours en cours, Guillaume de Balsac invoque la donation à luy faicte et présente la foy et hommage des biens en région parisienne dont Nozay la Ville du Boys... En 1545 le partage final aboutit, le lot de Guillaume de Balsac comprend les trois fermes de Nozay, à savoir Villiers, la ferme près l'église et Puylandry, ainsi que les droits de la seigneurie.

 

 

Nozay sous François de Balsac

Guillaume de Balsac décède en 1554 à la bataille de Renty. Sa veuve Loyse de Humières, tutrice des biens des enfants mineurs gère les biens.

Notons en 1563, une vente par Jullien Lefèvre marchand à Pierre Luillier marchand bourgeois de Paris, de 8 arpens au chantier dit Lespine prez Villiers tenant au seigneur d'Entragues, aux religieux Célestins et aux terres de Villarceau.

En 1574, François de Balsac passe un aveu et dénombrement au roi en tant que seigneur de Marcoussis, Nozay et La Ville-du-Bois, et autres lieux «  ledit chevallier tient à une seulle foy et hommage du roy à cause de sondit chasteau de Montlhéry  ». L'acte envoyé à la Chambre des Comptes révèle ce qui suit :
- la terre et seigneurie de Nozay et Ville du Bois, et appartenances dicelles, comportant haute, moyenne et basse justice, four banal et menues dixmes,
- item 60 arpents de boys taillis près La Ville-du-Bois,
- item une mestairye audit Nozay qui se consiste en maison, cour, jardin et 133 arpents, appelée la mestairye de Pillandry que tient de présent Marin Royer,
- item une aultre mestairye assise près de l'église qui se consiste en maison, ..., et 120 arpents de terres que tient de présent Jehan Petit,
- item une aultre ferme assise à Villiers , maison, ..., et 103 arpents de terres.

Les 60 arpents de bois sont revenus dans les biens de la seigneurie!

 

 

Nozay à Jacques de Clerc & Loyse de Balsac

Loyse de Humières décède à Marcoussis en 1568. De l'union de Guillaume de Balsac et de Loyse de Humières sont nés neuf enfants dont Loyse née à Malherbes en 1549. Cette dernière épouse en 1571, Jacques de Clerc, chevalier, baron de Clerc en Normandie. La seigneurie de Nozay entre autres leur est échue.

Le couple délègue la gestion de leurs biens à Jacqueline de Marle, dame de Bellejame. C'est ainsi qu'en 1574, comme procuratrice de Jacques de Clerc et de Loyse de Balsac, elle reçoit de Jehan Brethon, Michel Desforges, Nicolas Brethon, Mainfroy Mespuis, laboureurs, des droits en équivalent de bled.

L'année suivante, un foy et hommage est rendu au roy par Jacques de Clerc et Loyse d'Entragues sa femme, pour leurs terres et seigneuries de Saint-Yon, Breuil, Breuillet, Nozay, La Ville-du-Bois, Fretoy, mouvants de Montlhéry.

 

 

Retour de Nozay à François de Balsac

En 1580, le procureur de Messire Jacques de Clerc, baron du lieu de Claire et dame Louise de Balsac son espouse, héritière en partie de feu Guillaume de Balsac et feue Loyse de Humières, ses père et mère, confesse avoir vendu à Messire François de Balsac, seigneur d'Entragues, seigneur de Marcoussis et "Montlhéry par engagement", frère de Loyse, c'est à savoir la terre & seigneurie de Nozay & Ville du Bois assise près de Montlhéry qui se consiste en droit de haulte justice, moyenne & basse, droit de baillage, troys mestayries, terres, boys, censives et aultres droits seigneuriaulx et tout ce qui peut appartenir auxdits sieur & dame de Claire à cause d'icelle terre & seigneurie de Nozay & Ville du Bois, ensemble la terre & seigneurie de Fretay assize près celle de Nozay qui se consiste en rentes de bleds, censives et aultres droits seigneuriaux. Lesdits terres et seigneuries tenues en fief foy & hommage du roy à cause de son chastel terre & seigneurie de Montlhéry, dont l'acheteur est à présent seigneur. Les vendeurs déclarent qu'ils doivent une rente sur la seigneurie de Fretay de quarante sols parisis, due au prieur du couvent de Sainte Catherine du Val des Escolliers, payable chaque an. La présente acquisition faite moyennant la somme de 5.000 escus d'or sol. Curieusement la même vente réapparaît en 1588?

Début 1596, une supplique est faite par François de Balsac, bailly & gouverneur d'Orléans envers la saisie de la terre & seigneurie de Nozay, faute de foy et hommage au roy. Deux mois après, André de Béning, chevallier, maistre d'hostel de François de Balsac et agissant comme son procureur spécial, demeurant au chasteau de Marcoussis, se rend devant la principale porte du chasteau de Montlhéry! pour présenter les foy et hommage de la terre et seigneurie de Nozay, mouvant en plain fief de sa majesté à cause de la chatellenie de Montlhéry. Il a acquis cette seigneurie de Jacques de Clerc et Loyse de Balsac son espouze soeur d'icelluy, et les tenant de la succession de Guillaume de Balsac son père. Ledit de Béning promet de rendre aveu et dénombrement dans le temps de la coustume. Trois mois plus tard la main levée de la saisie est obtenue.

L'histoire de cette seigneurie est donc celle des droits seigneuriaux et des trois fermes. François de Balsac ne réside pas à Marcoussis. Vient ensuite une période où les documents sont inexistants. Les guerres de religion ont-elles mis à mal les fermes?

Le seigneur et sa famille résident à Bois Malherbes. François décède en 1613. Sa succession est assurée par son fils Charles dit Guillaume qui lui même décèdera en 1615. Son épouse Jehanne de Gaignon vient à Marcoussis. Comme c'est habituel dans cette famille la succession pose problème et se terminera en 1631.

 

 

Nozay sous Léon I de Balsac

C'est en 1648, par l'aveu de Léon I de Balsac rendu au seigneur de Montlhéry, Gaston d'Orléans, fils de France, que l'on va retrouver les biens dépendant de la terre & seigneurie de Nozay et appartenances d'icelle comme elle se poursuit et comporte:
- haute moyenne et basse justice sur toute la paroisse, droit de greffe et tabellionage, four banal baillé à quarante sols de rente aux habitans de ladite Ville du bois, menues dîmes sur un chantier de vignes appelé les Guedrons, ....
- item en ladite seigneurie de Nozay Ville du Bois, le seigneur possède 60 arpens de bois taillis, .. près la Fosse aux Moines,
- item il y a une ferme proche l'église dudit Nozay se consistant en maison, grange, étables, cour , jardin contenant quatre arpens et 120 arpents de terre,
- item une autre métairie se consistant en maison, granges, étables, jardin et cour avec 103 arpens de terres labourables, appelée Pillandry.
- item une autre métairie, qui fut anciennement un fief séparé et maintenant en ladite seigneurie appelée Villiers, qui co
nsiste en maison, grange, étable, bergerie, cour close à mur, avec jardin et plan d'arbres attenant avec la quantité de 103 arpens de terres labourables.
Lesquelles trois métairies, ledit seigneur a de
puis mis en deux, attendu le peu de terre et consistances et laissé la maison grange proche l'église avec le jardin pour bail à louage ou rente .

 

 

Nozay sous Léon II de Balsac

L'aveu rendu par le fils de Léon I est identique à celui de son père. Une sentence du prévôt de Montlhéry mentionne toutefois d'en supprimer la haute justice de Nozay et La Ville-du-Bois qui appartient à Montlhéry.

Comme nous le verrons dans une chronique à venir, le seigneur de Marcoussis s'endette progressivement et ses collatéraux l'obligent à entretenir ses biens pour garantir leur patrimoine. Ainsi au chapitre Nozay à la fin du siècle, on peut noter:
- à la ferme d'Espilandry, refaire la couverture du logement du fermier, les planchers, ... correspondant à plus de 700 lt,
- à la ferme de Villiers, les dégâts sont moindre
s néanmoins le devis se monte à 370 lt.
On a la confirmation que la ferme près de l'église est disparue.

 

 

Nozay sous Alexandre d'Illiers

Le second fils de Léon II, continuera la descente aux enfers de la seigneurie de Marcoussis. Son épouse Philberthe de Xaintrailles ira même jusqu'à le faire interdire de gérer. Ce dernier décède et ses héritiers sont conduits à vendre les seigneuries de Marcoussis et Nozay.

En 1709, pour apurer des dettes, les fermes de Villiers et de Pilandry sont vendues au seigneur de Villarceau. La seigneurie de Nozay ne représente plus que des droits seigneuriaux!

En 1750, la seigneurie de Marcoussis est estimée et Nozay ne figure pas . La vente de Marcoussis en 1751 cite que les terres de la Ville-du-Bois et de Nozay en font partie sans entrer dans le détail.

 

Ces sujets peuvent être reproduits " GRATUITEMENT" avec mention des auteurs et autorisation écrite