L'auditoire et les prisons de Montlhéry (1) (1307-1697)

Chronique du Vieux Marcoussy ------------------------------------- _------------------------- ------ Juin 2011

Vue de l'ancien auditoire et prisons devenu mairie.

JP. Dagnot

 

 

 

Cette chronique s'inscrit dans une série consacrée aux bâtiments composant la prévôté, notamment l'auditoire et les geôles. Nous n'aborderons pas en 1307, l'arrestation des Templiers, dont huit ont été incarcérés au château de Montlhéry, et très bien décrits dans " les prisonniers de Montlhéry " . D'autre part, il ne sera pas non plus décrit l'histoire classique des prévôts puis des seigneurs engagistes. Le but est de localiser les lieux de l'auditoire et des geôles au fil du temps. Et, de toutes ces descriptions, faire la différence entre cachots (1) et prisons (2), ainsi que leur localisation et permettre de rétablir une contre vérité: les cachots au fond de la cour n'ont pratiquement jamais été utilisés, la prison se trouvait dans une salle au rez-de-chaussée du bâtiment donnant sur la rue et dont une partie d'un mur est restée cachée pendant de nombreuses années; ce dernier comportait encore des graphitis réalisés par les prisonniers au XVIIIe siècle, et encore visible en 2003.

 

 

Les premiers documents

Ces informations proviennent des registres criminels du Châtelet de Paris. La chronique s'intéressant aux prisons de Montlhéry, nous n'extrairons que les parties spécifiques:
- En 1
390, Hennequin du Bos, fut emprisonné à Saint-Quentin puis au Châtelet de Paris. De là il fut envoyé au chastel de Montelehery, auquel chastel il qui parle, par le moyen de Sohier, qui tenoit un coustel en sa main, duquel il vouloit ferir lui qui parle, se parti dudit chastel à l'ayde dicelluy Sohier, & de la corde du puis dudit chastel, par le moyen de laquelle il qui parle, ledit Sohier & autres qui prisonniers estoient audit chastel, descendirent és fossez dudit chastel par dessus les murs, & s'en alerent bouter en franchise à Notre-Dame de Loncpont. Et dist fur ce requis, que du cep (3) où il estoit mis audit chastel de Montlehery, il iffi par le fait dudit Sohier, qui rompi icellui cep dudit costel nu qu'il tenoit, & veult ferir lui qui parle, pour ce qu'il ne se vouloit partir dudit chastel de Montlehery... Il est venu à Paris aus noces qui ont été de Montagu (4), secrétaire du roi nostre sire; et durant la feste d'icelluy, & qu'il a esté prins & admené prisonnier... il feust executez, c'est assavoir: traité, décapité au pillory es halles,&, en après, le corps mené au gibet, & illec pendus. Ce résumé permet de dire sans ambiguïté que les prisons de Montlhéry depuis 1307 jusqu'à cette époque sont toujours à l'intérieur de l'enceinte du château de Montlhéry.
- La même a
nnée, accusé a esté Berthaut Lescalon, nez de Montlheri, en la paroisse de Saint-Merry de Linois, des fais & deliz qui ensuivent et pour lesquieulx il est detenu prisonnier es prisons du roy nostre sire à Montlehery... c'est assavoir... devant la chapelle de la Roue,... Encores fu ledit Berthaud attaint desdites prisons par devant nous Lorens Dure, lieutenant du prevost de Montlehery... Passons sur les exploits qui se déroulent également à Leuville, Guillerville et Marcoussis.... fust atteint en jugement sur les quarreaulx au Chastelet de Paris, Bertaut Lescalon, qui prisonnier avoist esté amené audit Chastelet des prisons de Montlehery, desquelles il s'estoit eschappez, & où il estoit prisonnier pour les confessions ci-dessus escrites ... Le personnage pour ces menus larcins fut soumis deux fois à la question sur le petit tréteau, puis sur le grand tréteau, et finalement que illec l'en li coppait l'oreille destre & fust bany à toujours de Paris et à dix lieues... Où fut-il emprisonné à Montlhéry? probablement au château.

Après la guerre de Cent Ans, en 1456, un bail à cens fait à Gervaise Boisneuf, marchand boulanger, demeurant à Montlhéry, par frère Regnault, lequel de son bon gré et bonne volonté, baille une masure & place ou jadis souloit avoir maison & ung molin a blé appelé le molin de la roe d'embas tout contenant cinq quartiers de terre, audit commandeur à cause de la commanderie de lhospital ancien de Saint-Jehan de Jérusalem, appartenant par adjudication à luy faite par decret fait et prononcé en la court & auditoire de la prévosté dudit lieu de Montlhéry le lundi huitième jour du moys de mars l'an mil quatre cens cinquante... Donc à cette époque la prévôté comporte un auditoire, est-ce celui de la Grand Rue?

Dans la pancarte des fiefs de Montlhéry datant des années 1482, extrayons le fief de la geole et auditoire que l'on dit estre assis dans la Grand Rue. Des deux informations précédentes, il est confirmé que ces bâtiments existent déjà et que l'adjudication de 1450 a dû probablement être faite à cet endroit.

 

 

Les lieux au XVIe siècle

En 1543, Claude de Clermont, chevalier, seigneur de Dampierre, acquiert, à titre d'engagement, le comté de Montlhéry... consistant en château, garenne d'iceluy, la seigneurie, domaines et revenus de ladite ville, prévosté et châtellenie de Montlhéry, justice haute, moyenne et basse, ... geollage...

Quatre ans après, c'est au tour de François Olivier, chevalier, seigneur de Leuville, chancelier de France, de faire l'acquisition de la seigneurie, domaine et revenus de la ville, prévôté et châtellenie royale de Montlhéry, ..., haute justice, moyenne et basse, ..., geollage des prisons, ...

Dans la description des lieux rédigée par François de Dinan, prévôt exerçant dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, relevons mes mémoires portent qu'en l'année 1550, Messire François Ollivier, chancelier de France, lors seigneur engagiste de Montlhéry, a fait rebastir à ses frais & despens de fond en comble et furent lors les chambres de l'auditoire et du conseil, embellies de plusieurs beaux ouvrages de menuiserie et quelques peintures; et quant à la geole il y fait élever une grosse et profonde tour au dedans et au fond de laquelle sont les cachots des prisons royalles de la prévosté et autres sièges du comté ... Ce paragraphe nous apprend que le seigneur de Leuville, a restauré une partie des bâtiments servant d'auditoire et de prisons. Prenons maintenant, de manière chronologique, les faits trouvés concernant ces lieux.

En 1546, mention de Alain Breteau, laboureur à Sainte-Geneviève-des-Bois, à présent prisonnier des prisons de Montlhéry, sorti pour la rédaction de l'acte, Il s'agit d'une dette de 4 escus et le prisonnier a été mis hors le guichet pendant la rédaction.

8/6/1549, Christophe de Vaulx, maçon demeurant à Lymours confesse avoir fait marché avec noble homme messire Jehan Grolier, chevalier, trésorier de France de faire faire et parfaire pour le Roy, nostre seigneur, bien et duement, une couverture de thuiles neufve, bonnes loyales pour servir en ung corps dhostel édifié de neuf servant d'auditoire en la ville de Montlhéry, en quoy faisant ...AE

Trois ans après a lieu l'adjudication de la ferme de la geolle et prisons de Montlhéry, faite à Jean Rousseau, moyennant 25 livres de fermage.

En 1551, Jehan Seart, confesse devoir payer à Lubin Rousseau, geollier des prisons de Montlhéry, la somme de 60 sols tz pour les dépenses faites pendant le temps qu'il est demeuré prisonnier.

La même année, Robert Roux, laboureur à Leuville, confesse devoir payer à Lubin Rousseau, geollier et garde des prisons de Montlhéry, 41 sols tz pour dépenses baillées quand il était en prison.

En 1553, Nicollas Boysaye, manouvrier demeurant à Janvry, confesse devoir payer à Lubin Rousseau, geollier des prisons de Montlhéry, 7 lt, 14 sols tz pour dépenses faites en prison pendant les 5 mois que le dit y a été détenu.

L'année suivante, Jehan Trumeau, laboureur à Vert-le-Petit, à présent prisonnier des prisons de Montlhéry, et sorti pour déclarer qu'il confesse devoir payer à Nicollas Rougeraye, marchand à Chastres, la somme de 37 lt et un setier d'avoine, mesure de Chastres...

En 1560, François Lehoux, escollier étudiant en l'université d'Orléans, aagé de 26 ans, jouissant de ses droits, vend à Pierre Lemaistre, notaire & secrétaire du roy, greffier en sa chambre des comptes, 10 lt de rente, sur la tierce partie par indivis d'une maison à Montlhéry, en laquelle pend l'enseigne le gros tournoy, tenant à la geôle dudit lieu, d'autre part à Jacques Lehoux son frère, aboutissant par devant à la grande rue, ... lui venant de la succession et trépas de feu Jehan Lehoux ... Cet acte repris de la chronique des seigneurs de Guillerville pour servir à localiser l'hostel du gros tournois.

En 1574, Jehan Lescallon, marchan demeurant à Montlhéry confesse que de l'acquisition faite à Pierre Sorrin, il est propriétaire d'un corps d'hostel de fond en comble assis en la grande rue et audevant de laquelle est l'auditoire dudit Montlhéry, contenant un espasse et demi cave dessous cour, cellier, estables en adven et jardin derrière, tenant ... aboutissant au carrefour de la souche ... À cet endroit se trouve actuellement l'institution d'enseignement privé dite "Resves & Gros" dénommé "Moreau" de nos jours.

En 1577, Jehan Guyot, geollier & gardien des prisons de Montlhéry, confesse avoir retenu à titre de loyer & prix d'argent jusqu'à trois ans... à Pierre Fontaine procureur dudit Montlhéry, une couche de boys de chesne... une couverthure, draps de thoille, ... serviettes de chambres,.. huche de bois de chesne, une petite couchette de bois de chesne, cinq assiettes plattes, deulx choppines, une table... pour en jouir moyennant la somme de soixante sols que les preneurs promettent de payer... est-ce pour la location des meubles du logement du geôlier et des prisonniers?

La même année, Loys et Symon Belleseur, marchans demeurant à Marcoussis, lesquels de leur bon gré & bonne volonté, sans aulcune contrainthe, confessent avoir promis par ces présentes à Jehan Guyot geollier & garde des prisons de Montlhéry, présent & acceptant de ramener & rendre dedans lundy prochain dès midi des prisons dudit Montlhéry, Jehan Belleseur, marchan demeurant à Marcoussis, à présent détenu prisonnier des prisons, à la requeste de hault et puissant seigneur messire François de Balsac chevallier de l'ordre du roy, ... , seigneur de Montlhéry, par faulte de payement faict audit seigneur de la somme de deulx cents trente sept livres huit sols restant à payer à icelluy seigneur de deulx années de la ferme du tabellionnage de Montlhéry, ... Il est bon de rappeler que François de Balsac est aussi le seigneur de Marcoussis, et que le geôlier n'a pu que s'incliner pour laisser sortir un prisonnier sans décision de justice.

En 1581, Anthoine Luillier, marchan demeurant à Lynois, à présent prisonnier des prisons de Montlhéry, confesse debvoir à honorable homme André Leper, bourgeois de Paris, la somme de dix huit escus d'or ...

En 1586, Girard Laurent vigneron de Liers estant à présent prisonnier des prisons, ... mis hors le guichet desdites prisons , ..., donne pouvoir à Anthoine Jacquemard pour vendre des biens successoraux ... fait & passé en la geolle dudit Montlhéry hors le guichet desdites prisons.

La même année , Nicolas Broust, laboureur demeurant à Broullet, prisonnier des prisons de Montlhéry, procède de même...

Le comté de Montlhéry est de nouveau mis en adjudication en 1586, et c'est encore François de Balzac, chevalier des Ordres du Roy, gouverneur d'Orléans, de la châtellenie, terre et seigneurie de Montlhéry, qui se voit adjuger les mêmes biens moyennant 6.300 écus soleils...

En fin d'année, François de Balsac, gouverneur d'Orléans ... seigneur de Montlhéry, confesse avoir baillé à honorable homme Denys Rousseau, marchand de Linois, toutes les fermes cy après déclarées, à savoir le péage, rouage, forage, mynage et mesurage des grains dudit lieu, les fermes des foires des plissons de saint Ladre, les amendes jusqu'à vingt écus d'or soleil, les deffaulx de Montlhéry, les amendes et deffaulx de la gruerie de Séquigny, aussi la geole dudit Monltlhéry , la ferme du plassage, le tabellionnage, les terres et garennes estant alentour du chastel de Montlhéry, ... dans les conditions prendre la charge de garder tous les prisonniers qui seront pendant ledit temps mis en les prisons de ladite geolle, que il sera responsable diceulx, nettoyer chacun jour l'auditoire de ladite ville... l'acte passé au chasteau de Marcoussis.

En 1593, un testament original : Jehan Loschard, vigneron de Linoys, prisonnier des prisons de Montlhéry, gisant au lit mallade, hors toutefois le guichet de ladite prison, et en la chambre du geollier dicelle, néamoings sain d'entendement et restant de sa bonne mémoire ... Le reste est un testament classique. Le geôlier a même prêté sa chambre!

Notons en 1597, l'affiche de l'adjudication de Marivaux plaquée sur la principalle porte et entrée de l'auditoire.

De tous ces éléments, il est clair que le guichet ne se trouve pas au fond de la cour où sont les cachots. On accède par la Grand Rue aux chambres du geôlier et à celle des prisonniers via le guichet, qu'un escalier mène à l'étage où se trouve l'auditoire.

 

 

La vie carcérale de 1600 à 1659

Citons en 1604 le cas de Valentin Bourgault, natif de Bajolet, pour avoir tué et bruslé sa femme Isabelle Guillou, et donné un coup de hache à une sienne fille aagée de 3 ans, condamné à faire amende honorable, mis en chemise, ayant une torche ardente pesant deux livres à la main devant l'église de la Trinité, et de là, conduit en la place du marché pour y avoir la peine de la main droite couppée, et ce fait, y estre bruslé vif , ses biens confisqués ...

En 1614, Marin Ezard, tixier en thoille demeurant à présent à Marcoussis, emprisonné aujourdhuy en prison royalles de Montlhéry à la requeste d'un laboureur demeurant à Angervilliers, complaignant, mis touteffois hors le guichet de la prison, lequel Ezard a dit qu'il renonçait à l'appel par luy interjeté en la court de parlement à Paris... parolles scandaleuses contre l'honneur et la bonne renommée de la femme du plaignant ...

En 1632, un mariage original met en présence Jacques Barré, natif d'Amiens & Jacqueline Amouroux native de Paris, prisonniers des prisons royales de Montlhéry ont esté admis en l'église de la Sainte-Trinité de Montlhéry et mariez en icelle église ...

Notons en 1640, le bail du comté de Montlhéry fait à Josias de Rouen,... ce dernier se chargeant des frais de procès criminels... Ces frais sont attachés au bail de la geôle.

L'année 1653, voit le premier document trouvé décrivant les bâtiments de la Grand Rue dans un procès verbal de visite réalisé par Jehan Mouqueron, masson, & Pierre Dortu, charpentier, demeurant à Montlhéry, ... En exécution d'un jugement rendu par le prévost , nous nous sommes transportés en la geolle & auditoire roïalle de Montlhéry, avons visité et noté les réparations à y faire :
- refaire l'aire de la chambre du geolier et celle des prisonniers , ...
- crespir le mur de closture de la cour, sur cinq thoises,
- enduire le mur de l'auditoire et le reste de la cour,
- poser trois solives au plancher de l'un des cachots,
- refaire plusieurs troux au plancher de la chambre civille et auditoire, avec bardeaux en plastre, et mettre douze losanges aux vitres dicelle et à celle de la chambre du grand conseil,
remanier la couverture du grand logis ainsi que celle d'un des cachots, ...
Cette première descripti
on, faite sous Michel Routier, nous apporte une première version mentionnant la chambre du geôlier, celle des prisonniers, les chambres de l'auditoire et du grand conseil, ainsi que les cachots au fond de la cour.

Après son arrivée en 1658, François de Dinan, constatant à son entrée dans sa charge que l'auditoire, edifice publiq estoit dans un très mauvais estat, et entièrement ruineux, j'en ai sollicité la réparation et le restablissement auprès de Monseigneur le duc d'Orléans, lors seigneur par appanage de ce comté, qui me fit délivrer une ordonnance de la somme de 300 livres qui y a été employé quoique le bail au rabais faict à l'audience de ces réparations ait été de 480 lt; le surplus payé par des amendes, en sorte qu'à présent cette geole & auditoire sont en fort bon estat mesme la chambre de l'auditoire entièrement tapissée d'une petite tapisserie parsemée de fleurs de lin (5), à quoy j'ai fait employer un petit fond longtemps entre les mains d'un officier du siège pour faire un festin...

 

Papier peint habillant les murs de l'auditoire

 

Voyons le procès verbal qui a servi à faire ces réparations: nous André Champaigne, maître masson et François Renoier maitre charpentier demeurant à Montlhéry, sommes en exécution d'un jugement rendu par le prevost ... transporté en la maison de la geolle & auditoire royal audit Montlhéry, avons visité lesdits lieux de toutes parts ... rédigé le rapport qui ensuit:
- en la chambre basse refaire manteau de cheminée, qui est près de tomber et mettre quatre panneaux de vitres,
- item en une autre chambre appelée la chambre des prisonniers, conviendra ragréer les murs jusqu'à trois pieds,
- item mettre une porte à ladite chambre du costé de la cour,
- item conviendra de mettre une porte à la basse fosse,
- mettre trois solives au plancher de l'un des cachots de la prison, ...
- en la chambre de l'auditoire, est nécessaire de refaire le plancher crevé, et percé en différents endroits...
- item s'est trouvée la poutre qui soutient la porte et le plancher de l'auditoire est endommagé par les eaux qui ont pissées de la couverture dans les gros murs...
- dans la petite chambre joignant, appelée chambre du conseil, ragréer le plancher,
- aussi est besoin de remanier la couverture de thuille de ladite maison, ...,
- comme aussi est nécessaire de remanier la couverture de la basse fosse et des cachots ...
- et aussi est nécessaire de réparer la montée depuis le bas jusqu'à l'entrée de l'auditoire
Toutes lesquelles réparations se montent à 494 lt...
Deux mois après a lieu l'adjudication au rabais des réparations à faire de l'auditoire et des prisons dudit Montlhéry.

De toutes ces informations il est évident que:
- la chambre du geôlier et celle des prisonniers se trouvent au rez-de-chaussée du bâtiment donnant sur la rue,
- une escalier interne conduit à l'étage où l'on entre dans l'auditoire, et de là, à la chambre du conseil.
- une cour intérieure permet aux pris
onniers de s'aérer. La basse fosse et les cachots ne sont pas utilisés, la pose de trois solives se retrouvant dans des devis faits à cinq ans d'intervalle, également le manque de porte à la basse fosse en faisant preuves. Une partie des actes mentionne hors le guichet, ce dernier doit séparer les deux chambres du rez-de-chaussée.

 

 

Structure et consistance de la geôle par De Dinan

La confirmation des déductions ci-dessus est apportée dans un écrit fait par le prévôt: Cet édifice de forme régulière consiste en deux grands corps de logis, une cour servant de préau pour les prisonniers entre deux.
Le premier qui est sur le devant en ladite grande rue consiste en deux grandes chambres basses étant l'une pour la demeure des geoliers, l'autre pour les prisonniers. Deux chambres hautes pour les affaires civiles au dessus, dont l'une fort spacieuse où est l'auditoire, et l'autre moins grande qui est la chambre du conseil en laquelle de grandes armoires contenant le registre des bannières ..... et autres actes publics de la prévosté; au dessus de ces chambres est un grenier spacieux de belle charpente.
Le corps de logis de derrière consiste en une vaste tour, dans laquelle sont deux cachots noirs, l'un appelé la basse fosse qui a deux thoises de profondeur et l'autre au dessus, & à costé sont trois autres petits cachots deux d'un costé un au dessus de l'autre, et l'autre de l'autre costé.

 

 

La vie carcérale sous François de Dinan

Voici ce qu'en dit le prévôt: Il est certain que le choix et la nomination du geolier en debvoit appartenir de droit aux prévost et procureur du Roy des lieux ainsy qu'il se prattiquoit autrefois et que l'on en use encores à présent en divers sièges royaux, mais Messire Guillaume La Moignon ou plutost le receveur de Monsieur le premier président en ce compté se prévalant, les fermiers du domaine se sont rendus les maistres, dont un auquel il a affermé la geole moyennant soixante livres par chacun an, quoyque les précédents engagistes ou appanagistes et leurs receveurs pour se descharger de la garentie qu'emporte cette retribution n'en ayant jamais rien non plus tirer, se rapportant à nous d'en disposer en faveur de telle personne, de la fidelité de qui nous voulons estre et nous estions en effect responsables tant envers le publiq, aussy par le sentence de nous rendue pour la reception de ce geolier, il est expressement porté que ce receveur en demeurera civilement responsable en cas que par sa faute et négligence il s'évade quelque prisonnier.

Notons en 1660, une sentence du prévost qui condamne le fermier du domaine à paier 392 livres pour les réparations de l'audience et des prisons. Vient ensuite la saisie des meubles du fermier en vertu de la sentence.

En 1662, toujours d'après le prévôt , a été tapissé l'auditoire de Montlhéry, pourquoy a été payé à Hamet la somme de 203 livres tant pour ladite tapisserie, contenant 66 aulnes, à raison de l'aulne, que autres menus frais portez dans le mémoire que j'ai entre mes mains.

En 1683, lors d'une mise au point au sujet de la taille de 1682, un état comptable des sommes qui restent à verser par des habitants de Montlhéry est dressé. Cet acte a été rédigé  aux prisons de Montlhéry où se trouve Blavet un des collecteurs actuellement détenu.

L'année suivante, Rémy Denesle, receveur du domaine de Montlhéry, demeurant à Linas, comme ayant procuration de Me Louis Dumont, adjudicataire des droits du dit domaine,, baille à Claude Lochon, bourgeois de Paris, y demeurant, la maison et geôle des prisons royales de Montlhéry , avec toutes ses dépendances, pour ledit Lochon en jouir pendant quatre années, à la charge de l'entretien des bâtiments et  d'estre garand de la garde des prisonniers qui luy sera mis en sa garde et en percevoir par luy les droits pour ce deubs et accoustumez, le bail fait moyennant 60 livres .

La période est difficile pour les collecteurs, la même année, la collecte des tailles de la paroisse Saint-Philbert de Brétigny pose problème, un état comptable des sommes qui restent à verser par Martin Devilliers et Jacques Courtin, est dressé en la prison de Montlhéry où est à présent détenu l'un des deux collecteurs

Toujours en 1684, on trouve également: sur le réquisitoire de Jean Heurtault, demeurant à Solsiers, paroisse de Saulx, l'un des collecteurs des tailles de Saulx pour l'année 1683, le notaire soussigné s'est transporté en sa présence, assisté de Mre Louis Dutillet, prêtre doyen et curé de Saulx, en la chambre de la geôle des prisons de Montlhéry, pour y interroger Pierre Brandin, l'autre collecteur des tailles pour l'année 1683. Le dit Brandin a déclaré qu'il ne peut faire compte avec le dit Heurtault, n'ayant son rolle et quittances et de plus declare qu'il n'entend et ne veult compter devant ledit sieur doyen mais bien pardevant deux notaires royaux de Montlhéry, ...

Encore la même année, Paul Gebert, manouvrier demeurant à Leudeville, arrêté et emprisonné à Montlhéry comme collecteur des tailles pour l'année 1683, et Catherine Charpentier, sa femme, confessent devoir payer à Jean Vaudoux, laboureur à Bretonvillier, paroisse de Leudeville, la somme de 100 livres

En 1686 un compte est passé devant François Josse et Nicolas Lefebvre, notaires royaux à Montlhéry, entre Guillaume Lesueur, marchand, et Jean Pera, portefaix, de Montlhéry, collecteurs des tailles de la dite paroisse pour l'année 1685. L'acte est rédigé ce jour en la chambre de l'auditoire de Montlhéry, au dessus de la chambre de la geôle des prisons royales du dit lieu, où le dit Pera est enfermé en exécution d'une sentence rendue en l'Élection de Paris le 4 mai dernier...

En 1687, notons Claude Lochon , concierge des prisons de Montlhéry. Ce dernier passe procuration en 1694 pour passer bail de la geolle et destituer le sieur Ferrand à qui on avait passé bail qui demeurera résolu pour ladite geolle seulement que ledit Ferrand ayant malversé dans sa fonction de geollier entrepris de justice et détenu prisonnier actuellement, il est nécessaire de mettre un autre geollier. Ainsi quinze jours après, Simon Artage, commis à la recepte du péage de Linois pour Charles de Feuillet et comme procureur de Messire Martin de la Barre fermier des domaines et droits de la généralité de Paris, baille à Claude Lochon, marchand de Montlhéry, la geolle et prisons royalles de la ville de Montlhéry moyennant cinquante livres .

1697 est l'année où Jean Louis Phélipeaux acquiert le comté , châtellenie, justice et domaine de Montlhéry, consistant aux terres dépendantes anciennement appelées la Garenne, aux droits de forages, halles, plaçages et poids du roy dudit Montlhéry; au péage de Linas, aux tabellionnages des Marais de Saint-Maurice et autres dépendants dudit domaine, à la géole, aux greffes, amendes et tous autres droits dudit comté, châtellenie, justice et domaine dudit Montlhéry. Justice et domaine dudit Montlhéry, à la nomination aux aux offices dudit comté avec le prêt annuel des offices, droits de résignations et vacances, conformément au règlement des revenus casuels, aux censives et autres menus droits et redevances, de chasses dans ledit comté, châtellenie et capitainerie ; droits de lods et ventes, quint, requint et autres droits seigneuriaux dus aux mutations, même par échange, droit de retrait féodal, de confiscation, épaves, déshérences, bâtardises, honorifiques. Moyennant la somme de 60.000 livres de principal .

À cette occasion une visite du domaine de Montlhéry est faite à la requête de Mr Pontchartrain, conseiller du roy, intendant de la généralité de Paris, engagiste du domaine de Montlhéry, par le sieur Delespine, architecte expert, en présence de Mr Bérault président au bureau des finances, & reçu par Villain greffier des bâtiments. Nous Nicolas Delespine, architecte expert du roy, sommes transportés en la ville de Montlhéry, sommes ensuite transporté dans la maison où est l'auditoire la geole et les prisons , laquelle est couverte de tuilles en comble de trois travées de face sur la rue appliqué:
- au rez de
chaussée à une entrée qui conduit à un escalier en vice! qui sert à monter à l'auditoire et au grenier au dessus, à costé duquel passage est la geolle et une salle ensuite ...
- A l'auditoire qui est au premier étage
, manque la clef de la serrure de la porte ...
- A la chapelle à costé de l'auditoire , ....,
- Au préau est nécessaire de faire un cabinet d'aisance pour les prisonniers, celui qui y est estant en ruine, également refaire les murs de côté pour la sureté de la prison
- Au fond du préau sont les cachots qui sont couvert de tuille en comble à égout sur le préau & sur le petit jardin, ..., réparation de la toiture, ...
- le cachot au dessus de la basse fosse au milieu inutilisé. Est à remarquer qu'on ne monte aux cachots au dessus du rez de chaussée qu'avec une échelle...

Cette visite confirme ce que nous savions. En outre, l'accès à l'auditoire se fait par un escalier à vis, la chambre du conseil a fait place à une chapelle, dans la cour existe un cabinet d'aisance pour les prisonniers, et, au vu de la majorité des actes cités, les prisonniers sont pour la plupart des débiteurs et de ce fait les cachots restent inutilisés.

L'année suivante, Jean-Baptiste Bodin, sieur des Perrières, conseiller du roy et procureur au siège royal de Montlhéry, fondé de procuration de Jean Louis Phélippeaux, seigneur de Montlhéry, baille pour trois ans à Claude Lochon, concierge des prisons royalles de Montlhéry, c'est à savoir la maison quy sert de geole & prison pour en jouir comme par le passé, et pour en faire bonne et sure garde des prisonniers quy luy sera mis en sa garde, le présent bail fait moyennant 40 livres.

A suivre ...

 

 

Notes

(1) Cachot: cellule de prison basse et obscure (Larousse 1898). Lieu souterrain ou on enferme les malfaiteurs ( dictionnaire d'architecture 1755).

(2) Prison: lieu où on enferme les criminels les accusés ( Larousse 1898). Lieu d'une forte construction , & surement gardé, où l'on enferme les débiteurs et criminels et dans lequel il y a des cachots, c'est-à dire des caveaux, dont les uns sont noirs et sans lumière, & les autres faiblement éclairés par des soupiraux ( dictionnaire d'architecture 1755).

(3) Cep: sorte de pièce en bois liant les mains des prisonniers.

(4) Ce document permet ainsi de confirmer le mariage de Jehan de Montagu avec Jacqueline de la Grange en 1390.

(5) Cet échantillon de papier a réintégré sa chemise aux archives communales (document absent le 31/3/2009).

 

Ces sujets peuvent être reproduits " GRATUITEMENT" avec mention des auteurs et autorisation écrite